Routes de la Soie enseignant

Histoire d'Astana

Fondé sur les bords de la rivière Ichim en 1984, dans les steppes du nord du Kazakhstan, le petit village d’Alkmolinks ne cesse de s’agrandir grâce aux nomades d’Asie qui cherchent à rejoindre l’Europe. Durant la période soviétique, vers 1960, la ville est renommée Tsélinograd et considérée comme le centre de la Terre Vierge, politique de culture des steppes. De nombreux jeunes du pays se rendent alors dans cette région pour y trouver du travail et la ville croît énormément. A la chute de l’union soviétique, en 1991, la ville compte environ 300'000 habitants et reprend son ancien nom raccourci en Akmola. À la suite de l’indépendance du pays, le président, Noursoultan Nazarbaïev, décide de déplacer la capitale d’Almaty pour la ville d’Akmola qui est renommée en Astana, qui signifie « capitale » en kazakh. Ce changement aura lieu le 10 décembre 1997. En 1999, la ville d’Astana reçoit le prix « Villes de la Paix » par l’UNESCO. Depuis, la population de la ville ne cesse d’augmenter pour atteindre à ce jour environ 700'000 habitants pour une superficie de 26'000 km2. Tous les bâtiments officiels du gouvernement kazakh ont été déplacés dans la nouvelle capitale et les diverses ambassades ont dû suivre. La ville est divisée en deux parties : Au nord de la rivière, se trouvent les bâtiments édifiés durant la période soviétique alors qu’au sud les nouvelles constructions du président, modernes et luxueuses, accueillent les institutions. Le climat y est très continental, il peut aller de -40°C à +30°C et les précipitations y sont denses. Cette ville a aussi été choisie pour accueillir en 2017 l’Exposition internationale.

Daniel Allgower

Top Desktop version