Routes de la Soie enseignant

Le changement de capitale d’Almaty à Astana

Lors du déplacement de la capitale en décembre 1997, plusieurs raisons ont été évoquées par le président pour argumenter ce changement :
* Le premier argument exploité par Nazarbaïev fut la situation géographique d’Astana. La ville d’Almaty étant complétement au sud-est du pays, la nouvelle capitale paraissait mieux situer au centre du pays. De plus, il montre son désir de garder le Nord sous contrôle kazakh.
* La région où s’élevait l’ancienne capitale, est considérée comme une zone sismique importante. C’est pourquoi le dirigeant du pays a voulu déménager son gouvernement dans un endroit moins propice aux tremblements de terre.
* Almaty se trouve proche des montagnes, ce qui empêche un développement plus étendu de sa surface. En comparaison, Astana offre des possibilités infinies de développement de l’urbanisme car elle n’est entourée que par des steppes sans mouvement de terrain sur plus de 200 kilomètres.
* On peut aussi imaginer que le déplacement de la capitale a été effectuée afin d’affirmer l’indépendance d’un pays nouvellement créer. C’est pourquoi le dirigeant aurait choisi d’installer la capitale dans une région encore très peuplée par les russes.

Carte du Kazakhstan
Les réactions de la population et du gouvernement furent vives à l’annonce de ce changement. La nouvelle métropole fut très critiquée. Voici quelques inconvénients souvent cités :
* La ville a beau être au centre du pays, elle est également éloignée de toute autre cité. En effet, la localité la plus proche d’Astana est Temirtau à plus de 200 kilomètres. La ville est donc isolée au milieu des steppes même si les voies ferroviaires et les lignes aériennes y sont bien aménagées.
* Une autre critique beaucoup entendue est le climat très controversé. À Astana, il neige environ 120 jours par années et les températures peuvent aller de -40°C à +30°C. Il est donc difficile de suivre le rythme du temps et les bâtiments doivent être construits de manière à tenir le choc du climat. Sans oublier qu’il n’y a pas de réserves d’eau à proximité.
* Puis, la ville est dite non adaptée à un puissant accroissement de la population. Les transports en commun sont peu développés et la métropole est séparée en deux ; au nord il y a les habitations construites durant la période soviétique alors qu’au sud se tiennent les nouveaux bâtiments et les grandes entreprises. Un autre problème engendré par la croissance de la population est le manque de logement adapté aux petits ouvriers. Tous les anciens bâtiments soviétiques sont déjà occupés et les nouveaux blocs locatifs construits sont bien trop luxueux pour que de simples artisans puissent se les offrir. Il y a donc encore un grand pas à faire dans l’urbanisation.
* La population est scandalisée par les coûts engendrés. La ville est en pleine reconstruction mais cela aux frais de l’État. De plus, les nouvelles infrastructures ne sont pas atteignables pour l’ensemble de la population et le coût de la vie à Astana a fortement augmenté ses dernières années. 1 2

1 « Astana », Asie centrale, [En ligne]
http://www.asie-centrale.com/kazakhstan/astana.html

2 « Histoire d’Astana », East site, [En ligne]
http://fra.east-site.com/kazakhistan/astana/histoire

Daniel Allgower

Top Desktop version