Routes de la Soie enseignant

Culture et traditions au Turkestan occidental

Avant la domination soviétique de 1917, l’Islam était la base de l’identité des diverses populations d’Asie centrale et commandait de diverses manières la vie religieuse, sociale, culturelle, économique et politique de la région.


Les musulmans d’Asie centrale étaient, en fait nationalistes puisqu’ils étaient divisés en plusieurs groupes spécifiques et le fait de se rattacher à un groupe national supérieur au clan ou à la tribu n’existait pas encore réellement. Les principales populations qui vivaient en Asie centrale étaient des nomades issus du monde des steppes désertiques et des sédentaires turcs (Ouzbeks) ou iraniens (Tadjiks).


Les femmes nomades portaient un voile ne couvrant que leur bouche. Ce voile était porté en présence « d’anciens ». Il s’agissait d’avantage d’une coutume tribale plutôt que d’une coutume islamique.


Les Ouzbeks et les Tadjiks sédentaires avaient des pratiques strictes sur le port du voile. Même parmi cette population, le port du voile dépendait de la classe sociale et du lieu d’habitation. En effet, les femmes de milieux urbains voilaient leurs visages ainsi que leurs corps, tandis que les femmes de milieux ruraux portaient de longues robes qu’elles pouvaient tirer vers leur visage afin de couvrir leur bouche en présence masculine.


Le dévoilement d’une femme célibataire était perçu comme le signe qu’elle n’était plus vierge, bien qu’elle ne soit pas encore mariée, et le dévoilement d’une femme mariée faisait d’elle une infidèle. Le fait de ne plus être vierge avant le mariage et l’infidélité de la femme constituaient une menace envers le sens de l’honneur de la famille en Asie centrale.


Par ailleurs, la culture et la religion islamique encourageaient l’isolement des femmes. Celles-ci n’étaient pas autorisées en présence d’hommes non-apparentés. Les femmes issues de familles riches étaient les plus touchées par le confinement car leurs familles avaient les moyens de construire de nombreuses pièces et d’engager des serviteurs afin que celles-ci n’aient plus le besoin de sortir de leur foyer. L’isolement était une manière de protéger l’honneur de la famille, comme étant une nécessité religieuse et une façon d’affirmer la supériorité de l’homme face à la femme.

Daniel Allgower

Top Desktop version