Routes de la Soie enseignant

La liberté de la presse en Ouzbékistan

Liberté de la presse
L’Ouzbékistan se classe, en moyenne de ces dix dernières années, au 153ème rang mondial du classement mondial de la liberté de la presse. C’est donc très loin de la Suisse qui se classe au 14ème rang mondial.1
 Un exemple très anecdotique montre à quel point l’Ouzbékistan est coupé du monde ; lors des attentats du 11 septembre 2001 sur les tours jumelles du World Trade Center. Le peuple Ouzbèke n’a su que le 13 septembre, soit  deux jour après, les événements passés aux États-Unis. Le peuple Ouzbèke n’est pas non plus officiellement au courant de ce qui se passe  à quelques kilomètres en Afghanistan.2
Les journalistes en Ouzbékistan sont réduits au silence, ils sont devenus des porte-paroles du gouvernement (c'est-à-dire qu’ils n’ont pas le droit de dire que ce que le gouvernement leur autorisent à divulguer). On peut donc dire que le peuple n’est au courant que de ce que le gouvernement veut bien lui dire.
1 http://fr.rsf.org/IMG/pdf/classement_2013_fr_bd.pdf 
2 http://www.europe-asia.org/cms/asie-centrale/11-uzbekistan/195-louzbekistan-un-pays-opaque

Daniel Allgower

Top Desktop version