Routes de la Soie enseignant

Situation des affrontements de juin 2010 au Kirghizistan

Les affrontements qui se sont produits en juin 2010 dans la ville d’Och, deuxième ville du pays ainsi qu’à Djalal-Abad dans le sud du Kirghizistan mettant en rivalité les Kirghizes contre la minorité Ouzbeks ont été d’une violence incroyable.

 

 

Les premiers affrontements ont eu lieu à Och dans la nuit du 10 juin 2010 et ont été quatre jours de cauchemar. Le gouvernement provisoire mis en place à cette période-ci craignait que les conflits ne dégénèrent en guerre civile

 

Les Ouzbeks représentent environ 40% de la population du Kirghizistan dans le sud du pays. Raison pour laquelle, ces heurts se sont déroulés dans ces villes.

 

Des snipers tiraient sur femmes et enfants, alors qu’ils tentaient de rejoindre la frontière de l’Ouzbékistan qui se trouve à une dizaine de kilomètres des villes. Les victimes ont été battues, violées, torturées et tuées.

 

Les blessés ouzbeks n’osaient même pas se rendre dans les hôpitaux, ils redoutaient de se faire attaquer sur le trajet et avaient peur de se faire prendre en charge par des médecins kirghizes.  De ce fait, ils étaient livrés à eux-mêmes avec les moyens qu’ils avaient. Les médecins de la communauté ouzbèque d’apportaient tant bien que mal les premiers soins.

 

Dans leurs quartiers, les Ouzbeks tentaient de se réfugier comme ils le pouvaient. Les femmes et les enfants restaient au centre pour se protéger et les hommes étaient aux entrées des quartiers afin de se défendre avec comme moyen de rempart des camions et avaient de simples fusils de chasse face à l’attaque des Kirghizes équipés de leurs côtés de mitrailleuses ainsi que d’autre armes destructrices. Ceci est un argument de plus qui laisse penser que l’armée soutenait ces violences.

 

Le nombre de morts et de blessés varie selon les articles que l’on a pu lire. Cependant, les affrontements auraient causé la mort d’environ 198 personnes et fait 2'000 blessés. Cela serait le bilan officiel, mais selon la présidente, Roza Otounbaïeva,  il y aurait eu passé 2'000 morts.

 

Une des raisons pour laquelle, le nombre de morts officiels n’est pas du tout une réalité, est que dans la religion musulmane, une personne décédée doit se faire enterrer le jour même. C’est pourquoi, beaucoup de personnes ont été mises sous terre, dans leur propre jardin, ce qui explique des données peu fiables.

 

Il faut également souligner le fait que le gouvernement kirghize avait son intérêt à minimiser la réalité afin de calmer la situation.

 

http://www.france24.com/fr/20100616-a-la-une-massacre-kirghizistan-ouzbekistan-onu-nations-unies-humanitaire-russie vu le 12.02.2013

 

http://www.lefigaro.fr/international/2010/06/11/01003-20100611ARTFIG00583-regain-de-violence-au-kirghizstan.phphttp://www.france24.com/fr/20100616-a-la-une-massacre-kirghizistan-ouzbekistan-onu-nations-unies-humanitaire-russie

 

Daniel Allgower

Top Desktop version